Le portage salarial est une belle alternative pour faire face au chômage et pour garder son indépendance dans ses activités tout en étant assuré par un salaire mensuel. Et cette rémunération est un des points intéressants qui font les atouts de la formule. Reconversion pour une autre activité ou transition vers l’auto-entreprenariat, qu’importe la raison qui vous pousse à évoluer comme porté salarié, vous devez tout savoir sur les procédés qui régissent le côté financier.

Le simulateur pour connaître sa rémunération en portage salarial

Pour aider à être fixé sur sa rémunération, des sites proposent des simulateurs afin de pouvoir calculer son salaire. Ces outils sont gracieusement offerts pour avoir une certaine idée, même avec des chiffres fictifs, sur ce que vous allez gagner, sous forme de salaire mensuel, à partir du coût de vos prestations, qui ont été négociés avec l’entreprise-cliente.

Plusieurs facteurs sont rattachés au montant de la rémunération, à savoir le chiffre d’affaires, les frais de gestion, les frais refacturés et non facturés.

Il faut noter que le salaire mensuel perçu par le porté salarié est versé par la société de portage qui s’occupe de toutes les charges administratives et juridiques. Ce salaire doit lui être versé dès le premier mois de son activité, mais dont la somme nette dépend surtout du chiffre d’affaires réalisé par le porté salarié.

Ce simulateur vous permet alors de disposer d’un montant net, qui, rappelons-le, sera évalué en fonction de vos honoraires que vous avez-vous-même fixés auprès de l’entreprise-cliente.

Pour le calcul de base du salaire, les règles générales sont les suivantes : le salaire brut sera déduit des frais de gestion à raison de 7 à 10% du chiffre d’affaires, en sont également déduites les cotisations sociales et la mutuelle assignée à la société.

Le porté salarié peut aussi inclure dans son calcul des frais de fonctionnement, composés de frais de déplacement et autres. Ces frais lui seront versés avec sa rémunération et ils ne doivent pas excéder les 30% par rapport au salaire brut.

Au final, le salaire perçu par le porté salarié doit, en général, représenter les 47% à 50% des honoraires HT qu’il avait facturé à l’entreprise-cliente.

Les charges et les cotisations

Le porté salarié est délesté de toutes charges administratives qui seront incombées à la société de portage, seulement, comme les salariés classiques, il doit faire l’objet de quelques cotisations et charges sociales. Ces frais sociaux lui permettent de bénéficier de quelques allocations, à savoir les allocations de chômage, en cas de maladie ou les droits à la retraite.

Les charges sociales devant être payées par le consultant, par le biais de la société de portage, qui influent sur le montant de son salaire sont les CSG-CRDS, la cotisation chômage, la cotisation d’allocations familiales, l’assurance maladie, l’aide au logement et la cotisation vieillesse. Certaines de ces cotisations sont assignées au porté salarié comme quelques-unes sont à la charge de la société de portage.

On sait que, généralement, 50% du salaire brut correspondent au salaire net du porté salarié et le reste constitue les différentes charges imputées au chiffre d’affaires qu’il a réalisé.

On recense alors la Commission de Portage Salarial qui s’évalue à 7% et dont le plafond est de 600 euros. Il y a aussi l’Assurance maladie du régime général des salariés ou SECU équivaut à 13% du chiffre d’affaires.

17% sont aussi versés pour bénéficier aux droits à la retraite, cette somme est versée aux caisses de l’AGIRCC et de l’ARCCO. La prévoyance et la mutuelle représentent 2% du chiffre d’affaires, cette charge est obligatoire afin de couvrir une allocation en cas d’invalidité, d’inaptitude au travail et en cas de décès.

L’assurance chômage est fixée à 4% du chiffre d’affaires pour pouvoir toucher une allocation si le porté salarié ne travaillera plus au sein de la société de portage. 7% du chiffre d’affaires sont aussi déduit du salaire brut et qui servent aux cotisations Transport, à l’allocation Familiale, à la participation Construction et aux apprentissages et formations continues.

Les spécificités de la formule

Le portage salarial est régi par des règles spécifiques, en ce qui concerne le calcul de salaire et ses modalités de paiement.

Quelques frais sont rapportés au calcul du salaire net, à savoir les frais de déplacement, les frais de restauration et les frais d’hébergement ainsi que les coûts du matériel, de supports et de documentation pour l’entreprise-cliente.

Le paiement du salaire doit être stipulé dans le contrat signé entre le porté salarié et la société de portage.